mise à jour : 21 Septembre 2017
mise à jour : 21 Septembre 2017
IntroductionStructures planétairesObservablesTechniques et méthodesLieux de vieAuteursBoite à outils
Entrée du siteSommaireGlossairePage pour l'impression<-->
- Techniques et méthodes

conclusionConclusion

Auteur: Sylvain Fouquet

Au fil de ce cours plusieurs concepts clés sur la théorie des probabilités ont été étudiés. Premièrement, il y a eu l'idée de variables aléatoires qui signifie que pour la même expérience les résultats sont différents. Il peut y en avoir un nombre fini, comme pour le lancer d'un dé, ou infini comme pour le temps entre deux averses. Ensuite, l'idée qu'à chaque résultat ou évènement, il est possible d'associer une probabilité allant de 0, l'impossibilité, à 1, la certitude. Enfin, quatre lois de probabilités très utilisées ont été présentées : la loi d'équipartition lorsque tous les évènements ont la même probabilité, la loi binomiale, la loi de Poisson et la loi Normale.

Quant à la statistique, elle est en pratique utilisée pour découvrir ces lois de probabilités. Dans ce cours, le support a été l'étude des exoplanètes. L'étude d'un échantillon a montré des propriétés sur la masse, le rayon ainsi que le péricentre des exoplanètes.

Ce cours n'est évidemment qu'une introduction aux probabilités. Une étude plus approfondie permettra de mieux comprendre la définition mathématique rigoureuse des probabilités. De plus, avec le couple probabilité-statistique, il est possible de tester différentes lois de probabilité et de les confronter à des données statistiques pour en déduire si la loi à de fortes chances d'être correcte ou est sûrement fausse. Cela se fait par l'utilisation de tests statistiques, tels que le test Kolmogorov-Smirnov. Les probabilités servent aussi à ajuster des courbes ou des modèles. Cela se fait avec le test dit du "chi2" pour chi^2. Ce ne sont ici que des exemples très connus mais le couple probabilité-statistique est bien plus riche et peut servir dans bons nombres de domaines scientifiques et même économiques.

Page précédentePage suivante